J'ai déjà dû vous le dire : Judikael adore les circuits avec des étapes bien identifiées. Pour lui ce sont des chasses au trésor. Alors pour visiter Pontivy j'ai téléchargé les deux livrets jeu disponibles sur le site de l'office du tourisme : un circuit sur la ville médiévale, l'autre sur la partie construite par Napoléon.

Dans un souci de logique chronologique et aussi parce que je préfère le Moyen-âge au XIXe siècle et que je doutais qu'on enchaîne les deux, nous avons commencé par le circuit médiéval. Nous avons donc visité le nord de la ville en suivant le blason des Rohan.

P1140341

P1140344

 

Le livret est très  bien fait, avec des énigmes abordables mais stimulantes pour les enfants.

P1140347

 

Pour les parents, ou les enfants très curieux, des panneaux délivrent des informations plus précises. Ici il s'agit de la maison du sénéchal, deuxième personnage du duché. En 1695, 2000 bonnets rouges se sont massés devant pour protester contre les taxes qui étranglaient le peuple.

P1140340

 

Pontivy c'est aussi une ville d'eau, au confluent du Blavet et du canal de Nantes à Brest.

P1140336

D'ailleurs, on s'en doute, elle tire son nom d'un pont, celui de Saint Ivy, qui y construisit un monastère. Ce sont les Rohan qui lui apportèrent la prospérité en la choisissant comme capitale de leur fief.

Le château n'est pas visitable pour le moment. Il est en réfection depuis qu'une courtine s'est effondrée en 2014 pendant la tempête Petra.

P1140334

A noter qu'il n'est plus la propriété de Josselin de Rohan : celui-ci l'a vendu à la ville en 2015 pour un euro symbolique. Depuis 1953 la ville assumait déjà la rénovation et l'entretien quite à la signature d'un bail de 99 ans.

Après ce circuit, nous pensions que Judikael en aurait eu assez, mais non : il a insisté pour suivre aussi les traces de l'abeille, symbole de Napoléon avec l'aigle. A vrai dire nous n'avons pas suivi toutes les étapes, la fatigue se faisant sentir. Et l'architecture de l'époque est moins intéressante.

Voici l'austère tribunal.

P1140349

 

Et l'église Saint-Joseph, construite entre 1863 et 1867 avec de l'argent offert par Napoléon III après une visite. Mais comme il n'a pas donné assez, le clocher ne fut jamais construit.

P1140351

C'est en 1804 que Napoléon Ier décida de débaptiser Pontivy et de lui donner le nom, bien modeste, de Napoléonville. Il voulait en faire un grand centre militaire, et, en temps de paix, un centre commercial. Il ordonna la canalisation du Blavet jusqu'à Hennebont (Lorient) pour que la garnison de Pontivy puisse accéder aux trois principaux ports bretons (Brest, Lorient, Nantes) en bas de blocus anglais. Il y créa également le troisième lycée d'état de la région, après Nantes et Rennes. 

Sous le règne de Louis XVIII Pontivy retrouva son nom  breton. Puis Napoléon III la rebaptisa Napoléonville. Elle redevint Pontivy en 1870.