Après les vacances j'ai prévu d'enseigner le nom de quelques fruits à mes débutants en breton. Pour pratiquer le vocabulaire, j'ai fait un jeu de loto. Judikael m'a aidée à le colorier, mais il ne voulait pas y jouer. Alors je lui ai demandé de me prêter huit de ses peluches. Forcément, le jeu est tout de suite devenu plus intéressant. A tel point qu'il m'a demandé de faire une autre partie pour les peluches qui n'avaient pas pu participer. Je lui ai alors proposé d'être le meneur de jeu et d'annoncer les fruits et les couleurs associées. En breton. Il rechignait. Et là vous vous interrogez. Comment, après 3 années de scolarité bilingue il ne sait pas dire "une fraise rouge" ou "pomme bleue" ?

IMG20180302143226

Il faut expliquer que les fruits ne sont pas si simples en breton. Prenons "bananez". Vous vous dites "Facile, ça veut dire banane". Eh non, ça veut dire "bananes". Au singulier c'est "bananezenn". Oui, le singulier est parfois plus long que le pluriel en breton. Ensuite, si je veux mettre un article il y a une mutation de l'initiale, on dira donc "ur vananezenn". Et l'adjectif mute aussi ici. Donc "une banane jaune" se dira "ur vananezenn velen", alors que "jaune" c'est "melen". Ah, ah, je sens qu'on va bien s'amuser en cours ! Bon, en fait les mutations de l'adjectif m'importent peu à ce stade, si les élèves me donnent le bon fruit au singulier et éventuellement l'article et la mutation, je serai comblée !

Et pour en revenir à Judikael, je lui ai dit qu'on allait partager le travail : j'annoncerais les fruits, et lui les couleurs. Et finalement, pris par le jeu, il s'est mis à tout faire. Eh voilà, objectif rempli, merci les peluches !